Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

1 rue Sebastiani, 20000 Ajaccio
06 13 75 21 24
CORSEAME
 

Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

Articles

Cette période de confinement est source de tensions psychologiques et physiques pour nombre d’entre nous. Et si nous revenions au calme et à la paix plutôt que d’essayer de remplir compulsivement nos journées pour tromper nos angoisses ? J’ai testé pour vous, en visio-séance bien sûr, la méthode Feldenkrais, créée après-guerre par un physicien, et judoka, Moshé Feldenkrais. Rencontre avec Gwenaëlle Bouget, professeure de danse et praticienne Feldenkrais à Ajaccio.

N.P. : Dès la première séance, j’ai été étonnée par la facilité et la lenteur de cette pratique.

G. B. : Cette méthode est l’anti-cours de gymnastique. Elle fait appel à notre curiosité, au respect de notre propre fonctionnement. ”Pas de gourou, pas de recettes” disait son créateur. Elle est accessible à tous. L’idée, c’est d’exécuter tranquillement des petits mouvements pour ressentir les stratégies que chacun de nous met en place pour les réaliser. Car, contrairement à ce que nous croyons, il n’y a pas une “vraie” ou une “bonne” façon de faire tout ce que nous faisons. Chacune de nos actions relève d’un véritable choix, propre à chacun.

N.P.: D’où ce sentiment liberté que j’ai ressenti ?

G.B. : Oui. Le propos du Feldenkrais, c’est de nous aider à sortir des habitudes, des schémas imposés pour redéfinir celui qui nous convient vraiment. Dans notre société moderne, nous sommes soumis à beaucoup de contraintes, au diktat du “faire” plutôt que d’“être”. Pour certaines personnes, cela peut être frustrant ou bousculant de sortir du cadre, de se mettre à l’écoute de son corps pour découvrir ce qui se cache derrière chaque mouvement. Mais peu à peu, elles peuvent réapprendre la liberté du choix dans leurs actions. Et sortent des automatismes pour remettre du sens dans leurs gestes. Pourquoi j’ouvre la bouche ? pour respirer, pour parler ou pour manger...

N.P.: Vos séances me font l’effet de certaines méditations pleine conscience. C’est normal ?

G.B. : C’est propre à chacun. Moshé Feldenkrais s’est inspiré des pratiques orientales et des neurosciences. Sa méthode peut avoir sur certains les mêmes effets que le yoga ou la méditation. La concentration et la vigilance nécessaires à une bonne introspection apportent un relâchement profond, une forme de clairvoyance parfois. Mais le but n’est pas de rester contemplatif, dans sa bulle. Le mouvement même s’il est physique, résulte d’une organisation de notre système nerveux central. Il n’est qu’un outil pour nous relier à notre quotidien, à notre environnement. Il traduit nos intentions en actions, qui impactent notre milieu naturel, les êtres vivants, l’air, l’eau... Cela nous ramène au concept même d’écologie.

N.P. Belle philosophie ! Mais concrètement, que peut apporter la pratique du Feldenkrais au quotidien ?

G.B. : Cela nous est tous arrivé de rester dans une position inconfortable lorsqu’on est captivé par un écran, au travail, pendant un jeu... Nous n’avons pas toujours le réflexe de nous dire “Tiens, ça me dérange cette tension dans la nuque” et nous persistons dans cette posture non ergonomique qui peut provoquer des blessures ou des douleurs chroniques. Le Feldenkrais apprend à se questionner, à sortir de cette contrainte que nous nous imposons pour nous repositionner confortablement, nous respecter, nous protéger. Il nous reconnecte à notre shéma corporel. Plus largement, il nous invite à mieux nous accomplir, à retrouver notre autonomie par rapport à chaque décision de la vie courante. Comme celle de nous débrancher des infos anxiogènes dans cette période troublante, par exemple !


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.