Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

1 rue Sebastiani, 20000 Ajaccio
06 13 75 21 24
CORSEAME
 

Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

Le goût perdu des baisers

Articles

Crise sanitaire oblige : nous sommes privés d'embrassades depuis 17 mars et pour une durée... indéterminée ! Quels sont les enjeux et l'avenir de ces baisers interdits ?

Un  bisou, c'est trois fois rien en apparence. Mais cela veut dire beaucoup. L'histoire n'a cessé de le voir apparaître et disparaître au gré des événements et des courants de pensée
A l'origine du monde, les primates que nous sommes saluaient leurs congénères nez à nez pour mieux les renifler et en déduire... leur état de santé. Les contacts labiaux n'existaient alors qu'entre les mères et leurs petits pour leur régurgiter la nourriture soigneusement mâchée. 
Le baiser en temps que tel naît vers 1500 avant notre ère en Inde. Seuls les amants s'embrassent. Puis en Perse, les hommes de même statut social s'embrassent sur les lèvres. Le Saint Baiser apparaît ensuite chez les Chrétiens.

Ce signe de paix, revu et corrigé par Judas, peut aussi être celui de la trahison. Qui trop embrasse mal étreint... Le Cantique des Cantiques, lui, chante les louanges et codifie des baisers amoureux. 
Les Romains, toujours très organisés, en distinguent 3 formes qui perdurent pendant le Moyen-Age. Le Basuim, marque d'affection, se pratique en famille et entre amis. L'Osculum, lèvres fermées, notre bise, se dépose sur la joue, la main ou la bouche.

Il marque non seulement l'appartenance à un même groupe social, entre chevaliers, entre vassal et seigneurs, mais aussi l'ouverture et la fermeture d'une rencontre. Il reconnaît l'existence de l'autre.
Et le passionné Suavium, réservé aux maîtresses et prostituées, pendant que l'amour courtois se témoigne par le baise-main.
Le premier séisme dans l'histoire du baiser intervient à la Renaissance. Henri IV alerté par les médecins hygiénistes pendant les épisodes de peste et de grippe, interdit les baisers en public. Désormais, on se serre la main... sans gel hydro-alcoolique !

Sage précaution : un bouche à bouche de 10 secondes favorise l'échange de 80 milliards de bactéries. Je vous rassure, 5% seulement sont pathogènes. Mais, on le vit actuellement, un seul petit virus suffit...
L'Église voit aussi le baiser comme un des « charmes » que les sorcières utilisent pour séduire les hommes.

Les neurosciences démontrent en effet que le contact labial est un véritable générateur à émotions. Il permet de capter les phéromones du partenaire pour évaluer la compatibilité génétique. Et transmet de le testostérone qui stimule la libido.

En clair, le baiser amplifie les sentiments et l'excitation sexuelle en vue de reproduction de l'espèce. Et oui, primate un jour, primate toujours.
Si le libertinage du XVIIè encourage les embrassades, le XIXè remet au goût du jour la chasteté. Adieux suaves bisous... Il faudra qu'Hollywood s'en mêle pour remettre le langoureux French Kiss sur le devant de la scène et que 68 libère les lèvres des femmes. Et il faudra attendre la fin du XXè siècle pour que les hommes se bisent... sur les joues. 
Au final, 90% des humains s'embrassent pour des raisons sociales, amicales ou conviviales aujourd'hui. Enfin, jusqu'en mars dernier où la distanciation sociale a sonné la fin des embrassades et des poignées de main !

Certains veulent nous faire croire que cette pandémie a sonné le glas de nos habitudes. Moi je fais le pari que non. Notre humanité a émotionnelle ment et biologiquement  besoin de cette forme d'échanges.

Alors, je vous souhaite de pouvoir très vite embrasser qui vous voudrez.
 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.