Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

1 rue Sebastiani, 20000 Ajaccio
06 13 75 21 24
 

Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

Articles

Être bien dans sa peau, ça passe aussi par être en total accord avec ses valeurs. Pour moi, continuer à acheter des emballages, les trier, les stocker et me déplacer pour aller les jeter dans des containers qui défigurent la ville n'a pas de sens. Et ce qui n'a pas de sens, me contrarie. Et la contrariété n'est pas bonne pour ma santé ! CQFD.

Des solutions pour limiter le problème à la source, il en existe. Le point avec Anne-marie Pierlovisi, une des 6 lauréates en Corse pour l'étude sur l'impact écologique, menée par l'Ademe.

Comment vous est venu cette idée d'une épicerie vrac ?

La surconsommation et la gestion des déchets ont toujours été des sujets primordiaux pour moi. Fille de petit producteur et commerçante depuis toujours, j'ai eu le déclic en regardant un reportage sur le vrac. A cette époque, j'avais besoin de remettre du sens dans mon activité professionnelle, de renouer avec mes racines, en quelque sorte... Anareda, mon épicerie vrac de proximité, 100% bio, est née en avril 2017.

Alors le vrac, effet de mode ou une nécessité ?

Le vrac est incontournable aujourd'hui. On n'en peut plus de tous ces déchets, de cette pollution ! Depuis le tri sélectif, on mesure mieux le nombre de bidons de lessive, de cartons, boîtages jetés chaque jour. C'est effrayant ! Et cette surconsommation...Il faut retourner vers la simplicité, revenir à nos besoins réels et non ceux induits par la grande distribution. Si j'ai besoin de 200 grammes de farine pour une recette, pourquoi est-ce que j'achèterai un kilo ? Libérons nous de ces contraintes. Tous ces stocks dans nos placards ou nos réfrigérateurs, c'est de l'argent qui dort.

Le vrac coûterait moins cher ?

Mais oui. Tout est fait pour nous conditionner et acheter au-delà de nos besoins. Les emballages ne servent qu'à nous lobotomiser : les couleurs, les slogans, les mentions qu'on y trouve servent à nous conditionner, comme acheter en grosse quantité sous prétexte de faire des économies, quitte à en jeter. Les industriels, sous prétexte parfois de notre santé, nous disent quoi manger, comment le manger. C'est insupportable ! Et croyez vous vraiment qu'un produit "Bio" fabriqué et distribué industriellement puisse vous apporter le meilleur ?

Ce n'est pas trop compliqué de se mettre au vrac ?

Non. Il faut juste réfléchir à ce qu'on fait, évaluer nos vrais besoins, réorganiser nos habitudes. C'est là mon rôle le plus important: j'accompagne mes clients dans cette démarche. Je conseille des produits différents, des recettes, des astuces. Ma fierté, c'est de voir que les 25/35 ans adhèrent naturellement au projet. Des jeunes parents, des sportifs soucieux de leur alimentation... Ils ont compris l'impact de leur consommation sur leur qualité de vie et celle de la planète. Vous savez, les enfants ne font pas de crise à Anareda. Ils adorent parce qu'ils goûtent, découvrent, choisissent, notent les numéros sur les sacs en papier... Le vrac rend Consom'acteurs. Ça met du sens dans notre quotidien. Et ça ne prend pas vraiment plus de temps, contrairement à ce qu'on entend. Ça le remplit autrement, par du partage, de la créativité, du plaisir !

Anareda, 5 rue Bonaparte. Ouvert de de 8h à 19h30 TLJ sauf dimanche 9h-13h30


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.