Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

1 rue Sebastiani, 20000 Ajaccio
06 13 75 21 24
 

Nathalie Prévost, Experte Santé Bien-être

Articles

Il était une fois... une nuit pas comme les autres, une fête à nulle autre pareille, gravée à jamais  dans notre mémoire d'enfant, organisée autour d'un festin hautement symbolique : le réveillon de Noël...

Notre voyage commence à l'origine des temps, en Décembre, le mois le plus sombre de l'année. A chaque coucher de soleil, nos ancêtres tremblent de ne plus voir l'astre réapparaître le lendemain matin. Jusqu'à cette période bénie, le solstice d'hiver, où enfin, les jours rallongeant, la lumière reprend le pas sur l'ombre. 

Autour du 21 décembre s'organisent donc de grandes fêtes païennes, les Saturnales, pour honorer la générosité de la nature. Musique, chant, danses, pièces de théâtre introduisent un banquet orgiaque autour de bûches en flammes destinées à ranimer le feu solaire. On vient de tuer le cochon, toutes les récoltes sont en réserves pour l'hiver... L'espoir de jours meilleurs est permis !

Au IIIème siècle, l'église chrétienne s'empare de cette fête populaire et commence à y introduire des chants religieux, de la musique sacrée, des saynètes autour de l'histoire sainte... Puis, décide de célébrer la naissance du Christ, celui qui apporte la lumière dans notre monde, le 25 décembre. Noël est né.

Il est né, le divin enfant...

Et notre réveillon, me direz vous ? Ni dîner, ni souper, il désigne, au XVIè siècle un petit repas pris dans la nuit en bonne compagnie. C'est la description idéale pour cet en-cas pris après la messe de Minuit vers 2h ou 3h du matin !

C'est au XIXè siècle que Noël retrouve son côté laïc. Les bourgeois anglais en font une fête familiale, centrée autour de leur progéniture. S'il garde le nom de réveillon, ce repas devient surtout l'occasion de montrer son aisance financière au moyen de plats abondants et exceptionnels. Il permet aussi de retisser les liens familiaux, de montrer sa générosité envers les plus humbles en distribuant des étrennes et contribuant à améliorer leurs menus. Dickens et Hugo s'en font les apôtres.

Puis apparaissent les cadeaux, qui à l'instar des rois mages, viennent gâter les enfants: friandises, piécettes et la fameuse orange de nos grand-parents, symbole de lumière et d'opulence.

White Christmas

Les Américains dans les années 50 ritualisent Noël et, publicité aidant, en font la plus grosse fête commerciale au monde. Le menu de Noël y gagne la dinde et conserve ses proportions gargantuesques. 

A notre époque où le nomadisme gagne aussi nos repas, c'est une belle occasion de se retrouver assis autour d’une table de fête, de prendre le temps de communiquer, de remettre du lien dans les familles souvent éparpillées, partager le plaisir du goût, savourer l'harmonie entre l'humain et les productions de la nature. Car manger permet aussi se nourrir d'expériences, de souvenirs, de symboles, d'émotions.

Bon réveillon à tous !


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.